Toutes les manifestation

Signé Genève

Avec « Signé Genève », retrouvez, partagez et commentez les histoires qui font votre vie de tous les jours. Vous êtes curieux de tout, amoureux de votre coin de vie? Faites-le savoir !

Exposition des artistes Olivia Sellier & Jean Perrin à la Galerie l’Art’monie 
20 Jan 2018, 12:18 pm

La Villa Vance  Huile sur toile 140 x 100 cm Olivia SellierL'autre village III Acrylique et collage sur support entoilé 40 x 40 cm Jean PerrinDe la fenêtre IV Acrylique et collage sur support entoilé 40 x 40 cm Jean PerrinLe rocher I Acrylique et collage sur support entoilé 30 x 30 cm Jean PerrinLoup gris Huile sur toile 100 x 70 cm Mireille DesrochesSérie entre Air et sur Terre Acrylique sur toile de lin 50 x 61 cm cm, Stéphan Herrgott2Série entre Air et sur Terre  Acrylique sur toile de lin 61 x 50 cm Stephan HerrgottDésert rouge I Acrylique et collage sur support entoilé 40 x 40 cm Jean PerrinL'olivier III Acrylique et collage sur support entoilé 60 x 60 cm Jean PerrinCrépuscule des éléphants Huile sur toile 92 x 72 cm Olivia SellierChat à la lune Huile sur toile 40 x 30 cm Olivia SellierPoya Helvétique Huile sur toile 40 x 40 cm Olivia SellierL’aigle de papier Huile sur toile 30 x 40 cm Olivia SellierLa parade de la grue royale Huile sur bois 36 x 45 cm Olivia SellierLe raccard  Digigraphie sur toile 60 x 60 cm Jean Perrin
<
>
Série entre Air et sur Terre Acrylique sur toile de lin 50 x 61 cm cm, Stéphan Herrgott2

La Galerie l’Art’monie a le grand plaisir de de vous annoncer la première exposition de l’année 2018, du 16 janvier au 10 février 2018, avec la participation des artistes Olivia Sellier & Jean Perrin ainsi que, dans une moindre mesure, des oeuvres des peintres Stéphan Herrgott & Mireille Desroches.

La nature sera particulièrement mise à l’honneur mais l’on retrouvera également nos amis les animaux et des créations avec d’autres sujets.

L’accès à la galerie est aisé = Tram 12 “arrêt Villereuse“ en face de la galerie et “parking Villereuse“ juste à côté.
Galerie l’Art’monie
Rue de Villereuse 1
1207 Genève
galerielartmonie@gmail.com
Tél 022 777 22 22

Horaires d’ouvertures:
Lundi au vendredi de 10h à 19h
Samedi de 10h à 17h

Veuillez trouver, ci-après, les textes de présentations des artistes exposants:
Olivia Sellier, née à Paris, vit en Suisse depuis 17 ans.
De formation académique (Académie de la grande Chaumière, gravure aux Arts-Décoratifs, peinture sur bois à l’ancienne/Atelier du Copiste de M.Fisch/Paris), elle se forme à la peinture animalière en autodidacte.
Son parcours d’artiste peintre l’a entrainée à expérimenter différentes techniques afin d’exprimer le plus fidèlement possible sa vision poétique du monde.
Consciente de l’impact, qu’une œuvre peut occasionner, à qui la contemple, elle s’engage dans la réalisation de scènes empreinte de charme, de tendresse ou de mystère afin d’inspirer à son spectateur des émotions positives. Cette démarche est un acte conscient de participer à un monde plus harmonieux en fournissant au public un lexique émotionnel enchanteur. La nature, les arbres et les animaux sont ses sujets de prédilection, car ils sont les composants incontestables du paradis et leur valeur symbolique est largement partagée dans la culture populaire.
Cette Poésie figurative est issue d’une démarche philosophique qui la démarque des courants artistiques… Et en image.

Jean Perrin réside à Aigle et il est diplômé de l’Ecole d’Arts Appliqués de Vevey/VD
Cet artiste utilise indifféremment les techniques digitales et analogiques pour nous plonger dans un monde onirique où les matières et les éléments s’entremêlent. Au premier regard, une île ou un arbre nous paraît être familier, puis l’œil s’attarde pour y découvrir une nouvelle manière d’appréhender l’image, reflet d’un monde inconstant qui nous emporte ailleurs.
Par son travail subtil avec les matières tantôt minérales, végétales, de terre et d’air, ses œuvres nous emmènent dans des paysages graphiques et allégoriques.

Stéphan Herrgott est originaire de Riedisheim dans le sud de l’Alsace, il fut dès son enfance attiré par les couleurs et la matière et commença à pratiquer la peinture. Dès que possible il débuta des cours artistiques aux Beaux-Arts de Besançon ou il étudia durant 5 ans avec une escapade d’une année à Montréal où il y apprit des techniques nouvelles.
Par la suite et pendant plusieurs années il anima un atelier d’artistes tout continuant à peindre et à développer sa maitrise technique en parallèle.
Depuis 2004 Stéphan se consacre exclusivement à la création picturale, ses œuvres ont fait l’objet de nombreuses expositions dont notamment dans des salons internationaux d’art contemporain.

Mireille Desroches est née à Montréal mais vit en Suisse depuis plus de 20 ans, elle réside à Bursins/VD.
Cette artiste, précoce et autodidacte, a commencé à peindre très jeune et, au fil du temps, a atteint une maitrise technique qui lui permet d’exprimer sa sensibilité, ainsi que sa maturé picturale.
Pour cette exposition nous mettons à l’honneur sa facette de peintre animalier et, de l’avis général, elle saisit et retransmet l’âme de chacun de ces êtres vivants.

Cet article Exposition des artistes Olivia Sellier & Jean Perrin à la Galerie l’Art’monie est apparu en premier sur Signé Genève.

Du secteur bancaire au réseau d’entrepreneures 
19 Jan 2018, 1:23 pm

Les Genuines ©DREmilie Hawlena, la fondatrice de Genuine Women ©Eugénie RousakSoirée Genuine ©DRLancement ©DR
<
>
Emilie Hawlena, la fondatrice de Genuine Women ©Eugénie Rousak

A quelques jours de la célébration du premier anniversaire de Genuine Women, c’est l’occasion pour sa talentueuse fondatrice Emilie Hawlena de faire un premier bilan de ce réseau et de ses réalisations. Elle gère aujourd’hui une communauté de plus de 300 membres qu’elle appelle les « Genuines », éparpillées dans toute la Suisse romande.

« Aujourd’hui je leur parle de l’importance de se lancer, même si le projet n’est pas parfait, et du fait de sauter d’une falaise en construisant l’avion durant la chute » sourit la fondatrice. L’exemple de son propre parcours professionnel et la success story de son projet ne font que confirmer cette recommandation.

Tourisme, banque et Genuine
Scolarité terminée et sans idée précise quant à son avenir professionnel, Emilie se lance dans des études de tourisme dans sa Belgique natale. « En fin de Bachelor, j’ai réalisé que les débouchés de ce domaine ne m’intéressaient absolument pas et me suis tournée vers le secteur bancaire, en pleine croissance à l’époque » nuance l’entrepreneure. C’est justement grâce à sa mutation au sein de cette banque, qu’elle déménage en Suisse quelques années plus tard pour tomber sous le charme de la cité de Calvin.
L’environnement genevois lui plait énormément, mais la jeune femme déchante de plus en plus de la gestion de fortune. Comprenant son besoin de changer de cadre, mais sans vraiment savoir pour quelle autre activité, elle repousse la reconversion d’année en année. Mais pour combler son besoin de réalisation, elle se trouve des « bulles d’air » plus créatives en dehors de son travail principal: un blog sur les bons plans, un bar à vin à Carouge, des ventes de vêtements, etc. « J’ai fait le tour de la fonction, les promotions dans la banque ne m’intéressaient pas et le secteur bancaire était de plus en plus crise ; quand on n’aime pas ce que l’on fait et quand les conditions deviennent humainement difficiles, on se rend compte que l’on va se réveiller un jour aigrie et éteinte » confirme Emilie.

Afin d’éviter ce réveil, c’est en 2015, au dixième anniversaire dans un secteur initialement transitoire, qu’Emilie décide de sortir de sa zone de confort. « J’ai donc démissionné sans rien derrière pour tester différentes expériences, stages, et découvrir ce qui va résonner en moi » nuance l’entrepreneure. Après trois différents bénévolats en Inde, c’est paradoxalement en revenant en Belgique qu’Emilie rencontre par hasard une coach pour porteur de projet : « son travail m’a impressionné, le côté réalisation de projet et rencontre avec entrepreneurs passionnés aux personnalités uniques m’a vraiment touché ». Après un stage dans le domaine, être une business coach est devenu l’évidence totale et Emilie revient à Genève avec cette idée précise en tête. « Première douche froide pour moi, aucun des organismes existants de me correspondait » se souvient elle. C’est donc ici que débute la merveilleuse aventure de Genuine Women.

Réseau de femmes
Genuine Women est avant tout un réseau de femmes entrepreneures, créatives et authentiques qui rencontrent les mêmes problématiques durant la réalisation de leurs projets. Ainsi, elles ont toutes des parcours, motivations et centre d’intérêts différents, mais se regroupent autour d’un même objectif : vivre de leur passion. Le réseau est composé donc des personnalités différentes, mais partageant les mêmes valeurs : Fabienne d’Orphee Consulting (conseils en gestion stratégique), Emilie de Les Petits Genevois (site de bons plans en famille), Magali aussi appelée Groseille (illustratrice et graphiste), la nutritionniste Aurélia, pour n’en citer que quelques unes.
Pourquoi uniquement pour femmes ? « Je me suis pas posée cette question, je voulais créer un réseau que moi-même j’aurais voulu avoir et en tant que femme, j’ai plus de légitimité pour animer un réseau de femmes » s’explique Emilie. Ainsi, les trois objectifs sont : réunir les entrepreneures à travers différents évènements et workshops, offrir de la visibilité aux Genuines et les soutenir dans leurs projets.

Défis 2018
Après une première année exceptionnelle, la fondatrice se fixe des objectifs encore plus poussés pour développer la plateforme et aider les Genuines.
La première mission 2018 est d’étendre géographiquement le réseau et d’unifier toute la Suisse romande : « nous ouvrons une antenne à Neuchâtel en mars, à Fribourg après Pâques et en Valais à la rentrée » sourit Emilie.
Ne positionnant Genuine Women ni comme accélérateur, ni comme incubateur de start-up, la fondatrice voudrait néanmoins offrir plus de soutien professionnel à ses membres par le biais de différents workshops et de permanences. « Au bout d’un an j’arrive à mieux identifier les difficultés, trouver des solutions et donner des réponses ».

« L’entrepreneuriat n’est pas un sprint, mais un marathon ; mon propre challenge démarre réellement maintenant car aujourd’hui il y a 300 membres et il faut répondre au mieux à leurs besoins » conclut la fondatrice.

 

Informations pratiques :
N’hésitez pas à consulter leur agenda pour connaitre les dates des prochains évènements (Genuine Only, Genuine Nights, les Fuckup Ladies Nights, les sessions Shared Brain x Genuine Women) et les workshops (communication, stratégie et « Starters »).

Anniversaire du réseau : 25 janvier 2018 à FERT & Cie (Genève)
https://www.genuinewomen.ch/agenda-geneve/1-year-anniversary

Genuine Night – Lancement Neuchâtel : 6 mars 2018
Genuine Night – Lancement Fribourg : 26 avril 2018
Genuine Night – Lancement Valais : 30 août 2018

Cet article Du secteur bancaire au réseau d’entrepreneures est apparu en premier sur Signé Genève.

Les mérites de Carouge 
17 Jan 2018, 10:40 am

Jean Liermier recevant sa distinction, avec Mme la Maire à ses côtés. © Pedro NetoNicolas Walder au cinéma Bio. © Gaelle Haeny
<
>
Jean Liermier recevant sa distinction, avec Mme la Maire à ses côtés. © Pedro Neto

Lors de l’apéritif communal de début d’année, le ou la maire annonce qui reçoit le prix du Mérite carougeois. Le choix est tenu secret jusqu’à cette date. Et ce 12 janvier, j’étais comme chaque année dans le suspens, mais quand Anne Hiltpold a donné le nom, j’ai immédiatement dit : « Mais c’est évident, cela devait être Jean Liermier ! ». Le directeur du Théâtre qui a rassemblé quasi toutes les forces citoyennes et politiques de Carouge, tout le personnel et les comédiens pour une campagne dynamique en faveur de la reconstruction du bâtiment, afin qu’il corresponde exactement aux besoins des professionnels et des spectateurs, le magnifique metteur en scène de « Cyrano de Bergerac » (entre autres !) et le pionnier qui a eu l’audace de faire venir les Géantes à Carouge et à Genève, bloquant le trafic durant trois jours, pour nous offrir de la grâce et de la poésie. Qui aurait plus mérité de Carouge ? Merci, Jean Liermier à la casquette !
Et le lendemain, au cinéma Bio, c’est Nicolas Walder, au nom de la ville de Carouge, qui recevait la distinction « Fair trade town » (www.fairtradetown.ch) . Carouge est la première ville de Suisse romande à s’engager officiellement en faveur d’un commerce équitable. Grâce à l’équipe de l’Agenda 21, tous les critères nécessaires à cette distinction ont été remplis. Un travail de sensibilisation a été rondement mené auprès des entreprises, des associations, des commerces, des restaurants, des cantines scolaires pour qu’elles utilisent des produits issus du commerce équitable. Ainsi la plupart des cafés, thés, oranges, bananes, chocolats et autres produits exotiques consommés à Carouge vont provenir seulement de cultures où de bonnes conditions de travail sont respectées, permettant aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail. A long terme, ce mode de production permettrait de réduire les émigrations aux conséquences dramatiques…
Ah ! il y des occasions où je me sens fière d’être Carougeoise !
Bien sûr, cette cérémonie ne marquait que la première petite étape d’une longue marche vers plus de justice et qu’équité. Il s’agit maintenant que chaque citoyen-ne ne consomme que local, bio et équitable, sans compter le tri des déchets, la réduction de la consommation d’énergie, la nourriture végétarienne, le plaisir de déambuler dans la zone piétonne et de fréquenter le cinéma BIO.

Cet article Les mérites de Carouge est apparu en premier sur Signé Genève.

Spectacle bilingue langue des signes / français : Le Tabou 
16 Jan 2018, 2:04 pm

<
>

Résumé: Le jour où Elnora rencontre son grand-père pour la première fois, il lui ouvre les portes d’un héritage familial insoupçonné, fait d’interdits et de souvenirs douloureux tranmis inconsciemment de génération en génération.
Date: Samedi 17 février 2018
Horaire: 18h00: Ouverture – 19h30: Spectacle – 21h00: Café des Signes
Lieu: Uptown Geneva – Rue de la Servette 2 – Genève
Tarif: Fr. 40.-

Cet article Spectacle bilingue langue des signes / français : Le Tabou est apparu en premier sur Signé Genève.

Stage d’été 2018 – Summercamp 2018 
16 Jan 2018, 12:17 pm

Stage d’été pour enfants & ados

CHANT- DANSE – THEATRE – ATELIER DU SPECTACLE

Cet été, faites découvrir le monde du spectacle à vos enfants !

L’Espace Opera propose une semaine d’apprentissage de

chant, danse, théâtre et arts de la scène encadré par une équipe de professionnel et clôturée par un joli spectacle !

Au programme :

STAGE 1 du 02 au 06 Juillet 2018
Spectacle vendredi 6 juillet à 16 heures

STAGE 2 du 11 au 13 Juillet 2018
Spectacle vendredi 13 juillet à 16 heures

STAGE 3 du 13 Août au 17 Août 2018
Spectacle vendredi 17 Août à 16 heures

STAGE 4 du 20 Août au 24 Août 2018
Spectacle vendredi 24 Août à 16 heures

Horaires:

3 à 6 ans, 9h à 12h ou 13h30

6 ans et plus, 9h à 17h

Pour les enfants de 3 à 6 ans

Formule A Demi-journées 9h – 12h, pour les 3/6 ans

Prix/semaine = Chf 300.-

Formule B Demi-journées 9h – 14h + déjeuner, pour les 3/6 ans

Prix/semaine = Chf 350.-

Pour les enfants de plus de 6 ans

Formule C Journées entières 9h-17h + déjeuner

Prix/semaine = Chf 590.-

Association Piccolo Opera – Centre de l’Espérance, rue de la Chapelle 8, 1207 Genève (Eaux-Vives)

www.espace-opera.ch

Cet article Stage d’été 2018 – Summercamp 2018 est apparu en premier sur Signé Genève.

Les arbres tentaculaires des Bois de Jussy 
16 Jan 2018, 9:05 am

A l’image d’un découpage fribourgeois, les arbres majestueux des Bois de Jussy déploient leurs branches tentaculaires !

Cet article Les arbres tentaculaires des Bois de Jussy est apparu en premier sur Signé Genève.

Genève, une ville SALE… 
14 Jan 2018, 1:13 pm

Manor - tables actionsAux Jouets Weber les SOLDES sont SALE(S)Bravo à Morgan, notammentDes tables-réclames sale(s)Donc seulement 30% propre pour le linge de lit...Le "pompon"chez Interdiscount qui s'annonce SUPER SALE !Aïe ! Va t-on entrer dans le restaurant Coop... !Ochsner Shoes : chaussures et pantoufles salesEntrées chez Manor, on pénètre dans une zone SALEPKZ est aussi saleChez Benetton on affiche SOLDES mais les T-Shirts portés par les mannequins sont SALE(S)Globus ne met que des %Bravo au Bon Génie, très sobreOn hésite à emprunter un escalator sale
<
>
Chez Benetton on affiche SOLDES mais les T-Shirts portés par les mannequins sont SALE(S)

Depuis maintenant plusieurs années en période des soldes, on nous inflige des affiches et des annonces avec le mot SALE un peu partout : d’ailleurs les pubs et les prospectus avec ce même terme débordent de nos boîtes à lettres !

Ne vit-on pas en Suisse romande où l’on s’exprime en français ? Doit-on toujours davantage se faire imposer ces sempiternels anglicismes alors qu’on essaye pourtant de défendre et préserver nos traditions, nos coutumes, nos expressions et surtout notre langage ? La définition du Petit Larousse est pourtant claire : SALE signifie couvert de crasse, de poussière, de taches, malpropre, souillé, négligé, notamment. Beurk !

A ce propos en 2013 déjà, le gouvernement neuchâtelois a tenté d’obliger ses commerçants à davantage communiquer en français : en effet, une nouvelle loi sur la police du commerce soumise au Grand Conseil stipulait que les commerçants devaient impérativement mentionner sur leurs affiches le mot « SOLDES », lors de la saison des prix réduits. Le seul terme anglais « SALE » ne serait plus admis. Dans son rapport, le Conseil d’Etat estimait que « de nombreux commerces ont pris la fâcheuse habitude d’apposer la mention « SALE » sur leurs vitrines pour signaler que la marchandise est soldée ». Pour le gouvernement, cette pratique ne fait vraiment pas propre : « s’il peut exister des anglicismes de bon goût, celui dont il est question représente une insulte à la langue française et mérite d’être banni ».

Pour en revenir chez nous à Genève, en me rendant l’autre jour dans une grande surface de la rive droite, Manor pour ne pas la nommer, le ton est donné dès l’entrée du commerce avec les portiques de sécurité antivol coiffés de panneaux verticaux rouges et blancs : on est informé d’emblée qu’on pénètre dans une zone SALE ! C’est un accueil tout autant raffiné chez H&M avec ce même type de banderoles mises en évidence dès l’accès principal du magasin, idem au M-Parc de la Migros comme à la boutique MyShoes.

A Coop City Fusterie, un enfant qui « farfouillait » dans les bacs d’une table-réclame largement tapissée d’avertissements SALE s’est vu réprimander par sa mère : « touche pas, tu vois bien que c’est SALE » !…

Après avoir interrogé plusieurs vendeuses, caissières et même le service client d’une grande enseigne, les réponses interloquent ou sont souvent peu concluantes : « vous savez, ça veut dire ‘soldes’ en anglais »… Eh bien absolument pas Mesdames ! SALE signifie simplement VENTE en français. La fonction première d’un magasin c’est la vente, on l’a bien compris : alors pourquoi le mentionner partout ? Une caissière de la défunte Placette, découverte au fond d’une « forêt » de pancartes SALE suspendues au plafond, se montre toutefois un peu plus explicite : « notre centrale est en Suisse-allemande, c’est elle qui fournit les panneaux et affiches pour tout le pays : c’est plus simple d’écrire SALE que de faire des textes en trois langues différentes » ! Mouais… Si en allemand ce mot ne veut pas dire « Schmutzig », en italien SALE signifie « sel ». C’est moins dégoûtant qu’en français je l’admets, cependant que pensent nos amis tessinois de tout ce SEL déversé copieusement dans les rayons de leurs grands magasins… ? En période de gel éventuellement, mais durant les soldes en plein mois de juillet ?

Après avoir acheté des verres « en action » et des produits cosmétiques « à prix réduits » toujours dans le grand magasin cité plus haut, j’aurais bien été tenté de dépenser également pour acquérir des draps-housses et des taies d’oreiller qui s’exposaient à foison sur un gigantesque étal, mais à ma grande stupeur je vis qu’il était indiqué au-dessus : SALE jusqu’à 70% ! Donc seulement propres à 30% ? S’il faut d’abord les passer au lave-linge avant de les utiliser… Alors je me suis abstenu de cet achat incongru.

En déambulant dans les Rues Basses, ça continue de plus belle avec l’omniprésence du mot SALE : Coop City, C&A, Benetton, Ochsner Shoes, PKZ, Lacoste, s’affichent tous comme SALE(S). Globus est plus neutre au moins : il n’annonce que des % et des nombres dans ses vitrines. Par contre c’est le pompon chez Interdiscount et MyShoes qui se permettent même d’être SUPER SALE !!! Alors là, je n’ai pas osé franchir leur porte, de peur de me cochonner !

Bravo cependant à toutes ces autres boutiques et commerces qui ont la bonne intelligence de conserver et d’afficher des panneaux bien « propres » avec le traditionnel SOLDES, que nos enfants – comme nos ainés d’ailleurs – reconnaissent et comprennent sans peine aucune : félicitations donc à Morgan, Amarante, Pivoine, Bershka, Diesel, Esprit, Empreinte, Sun Store, Tommy Hilfiger, Zara Home et bien sûr notre (cher) Bon Génie !

Pour conclure, il me semble que la défense de la langue française « face à des assauts d’un mauvais goût » devrait être d’intérêt public. Je ne sais pas ce que vous en pensez vous-mêmes, lecteurs de cet article, vous pouvez d’ailleurs vous exprimer plus bas dans la rubrique « ajouter uncommentaire », au cas où.

Cet article Genève, une ville SALE… est apparu en premier sur Signé Genève.

Exposition Personnalités de Plan-les-Ouates 
12 Jan 2018, 4:28 pm

<
>

Dans de nombreux domaines, des habitant-e-s de Plan-les-Ouates se sont distingué-e-s au-delà des frontières communales et même nationales.
La nouvelle exposition que nous vous proposons à ExPLO présente huit de ces personnalités, ainsi que les disciplines dans lesquelles celles-ci ont excellé : de la psychanalyse à la course d’obstacle, en passant par le violon et la pharmacie galénique.

Vernissage le 2 février 2018 à 18h30 suivi d’un apéritif
Exposition du 5 février au 30 mars 2018

ExPLO est l’espace d’exposition du bâtiment de liaison de la Mairie de Plan-les-Ouates, au 3 route des Chevaliers-de-Malte 1228 Plan-les-Ouates

Cet article Exposition Personnalités de Plan-les-Ouates est apparu en premier sur Signé Genève.

Remise en forme électrique après les Fêtes 
10 Jan 2018, 11:29 am

DR
<
>
DR

Ca y est ! la nouvelle année est arrivée et avec elle le cortège de bonnes intentions à tenir tout au long de 2018 comme arrêter définitivement de fumer ou aller régulièrement faire du sport ou encore pratiquer la méditation pour ne pas être submergés par le stress qui nous guette chaque jour.

Après les interminables apéros de fin d’année entre collègues, amis et famille et avoir bien apprécié le foie gras, champagne et la bûche de Noël, sans parler de la soirée du réveillon, on se sent un peu ramollo et notre corps réclame une petite remise en forme. Malheureusement, à part le week-end, le timing des activités de chaque jour ne permet pas de passer de longues heures au fitness pour se refaire une santé.

Sans vouloir être négative, l’adage « l’enfer et pavé de bonnes intentions » se réalise souvent vers le mois de février et souvent aussi toutes nos bonnes résolutions tombent à l’eau.

Alors comment faire pour arriver à tout concilier ? pour les cigarette on pourrait commencer à fumer moins et pour le sport il existe à Genève une toute nouvelle méthode qui vous permet en quelques séances d’accroître sa force physique, d’augmenter sa masse musculaire (et faire fondre nos petits bourrelets accumulés) de diminuer les douleurs dorsales et articulaires et même de récupérer après une blessure. Un bon entrainement évite également la sarcopénie qui est la fonte musculaire inévitable dû à l’âge.

Le secret de cette nouvelle technologie, issue de la médecine sportive, tient en un mot : booster le métabolisme de base grâce à une machine qui envoie de petites impulsions dans des zones musculaires précises. Ok me direz-vous, mais comment ca marche ?

Xavier, coach sportif, m’explique le principe « le training EMS est une technique révolutionnaire qui grâce à des électrodes placés sur les groupes musculaires les plus importants, pectoraux, bras, abdominaux, jambes et fessier, permet d’amplifier les contractures musculaires via une stimulation électrique indolore pendant que vous exécutez des exercices ». D’accord, mais comment se déroule une séance ? « Vous êtes équipé d’un gilet et des électrodes placées sur vos bras, fesses et jambes et faites des exercices dirigés par votre coach. Il vous guide pendant les 20 minutes que durent la séance, 10 minutes sont prises pour la préparation et l’enlevement des électrodes ».

Xavier m’informe que une séance de 20 minutes d’EMS (électro miha stimulation) serait aussi efficace que 3 heures d’entrainement intensif. Ah bon ? comment cela est-il possible ? Il m’explique « parce que lors des 20 minutes d’entrainement votre musculature va être contractée environ 200 fois en moyenne, à chaque contraction plus de 300 muscles sont sollicités, aussi bien les muscles profonds que les superficiels ».

Génial ! mais est-ce que tout le monde peut en profiter et y a-t-il des contre indications ? D’après lui, que l’on soit un sportif accompli, professionnel ou débutant, l’électrostimulation est faite pour tout le monde parce que les intensités de chaque groupe musculaire vat être calculée en fonction de chaque cas. Les seules contre indication importantes sont si vous êtes porteur d’un pacemaker, que vous souffriez d’épilepsie ou si vous êtes enceintes. Et il rajoute que lors d’une phase de rééducation post-traumatique, l’usage de cet appareil et même fortement conseillé afin de récupérer sa masse musculaire plus rapidement.

Il rajoute que en général une dizaine de séance est recommandée pour voir un bon résultat. Alors je fais le calcul, si 10 séances de 20 minutes me redonne la pêche, sculpte mon corps et me permet de mobiliser 300 muscles, tout ca avec les conseils d’un coach privé attentif à mes besoins spécifiques, ca vaut le coup d’essayer surtout que il me propose une séance d’essai gratuite.

J’ai donc succombé à cette proposition pour vous démontrer que l’on ne mourrait pas électrocuté par cet engin miracle et me suis fait harnachée avec ce fameux gilet plein

d’électrodes. Sur le moment ca fait bizarre parce que l’on se retrouve assez serré par le gilet mais au bout de quelques minutes on s’y fait. Ensuite vient le moment ou le coach règle la machine et envoie le courant. Là on se dit « je vais déguster » mais pas du tout, tout d’abord un léger picotement, ensuite le coach augmente la dose petit à petit et ca devient presque agréable. C’est là qu’il faut commencer à exécuter les exercices recommandés à votre morphologie pendant 20 minutes qui passent finalement à vitesse grand V. On en ressort tout énergisé, c’est le cas de le dire, et avec un sentiment de légèreté.

En sachant que en 20 minutes j’ai fait l’équivalent de 3 heures d’entrainement en salle de musculation, je pense que au niveau gain de temps et efficacité après quelques séances c’est vraiment le top !

Si vous avez envie d’essayer cet appareil révolutionnaire voici l’adresse : www.thehealthcorner.ch.

Cet article Remise en forme électrique après les Fêtes est apparu en premier sur Signé Genève.

Un portrait clair-obscur du commerce 
10 Jan 2018, 9:36 am

La grande et fabuleuse histoire du commerce - Théâtre du Grütli
<
>
La grande et fabuleuse histoire du commerce - Théâtre du Grütli

Ce soir, La Grande et fabuleuse histoire du commerce, pièce écrite dans un style parlé par Joël Pommerat et mise en scène par Elidan Arzoni, prend possession du Théâtre du Grütli jusqu’au 28 janvier 2018.

Cette pièce contemporaine qui oscille entre drame et comédie, dépeint le commerce à travers la vie quotidienne des vendeurs… et ses aléas. Un parallèle se crée entre la première partie qui se déroule à l’aube des évènements de mai 68, et une deuxième qui pourrait très bien résumer le quotidien de Monsieur Tout-le-monde.

La mise en scène est épurée, avec pour seuls décors le tapis grenat et les mille fils du rideau gris qui borde la scène, laissant aux 5 comédiens de la Compagnie Métamorphoses un terrain de jeu impressionnant. Ils y vivent les joies (ou devrais-je dire les illusions), d’une équipe de voyageurs de commerce au look uniformisé qui ne recule devant aucune technique de vente pour briller lors du debriefing du soir à l’hôtel. On y brosse le portrait d’un monde de la vente sans pitié, des réalités en tout cas théâtrales d’une carrière réputée accessible à tous les niveaux de candidats, qu’importe le produit vendu.

Tantôt désopilante, tantôt plus sombre, l’histoire de ces deux équipes dépeint les rêves de grandeur et de succès de chacun des protagonistes, au sein des évènements d’une époque, puis de l’autre. Les valeurs de la vie familiale y sont apposées puis opposées à celles du monde du travail. Ethique, humanisme, profit, motivation, solidarité, etc. tout y passe! Après le succès, la chute est dure pour les chefs de vente, parfois flanqués d’une arrogance éhontée (et pourtant si commune), des personnages forts et attachants dont le public finit par découvrir les failles, lorsqu’en proie à leurs démons, il devront faire face à leur propre médiocrité.

Une pièce à l’air rétro sur un sujet de fond des plus actuels qui plaira aux idéalistes, aux cyniques et aux amoureaux du théâtre bien fait. L’orchestration des acteurs est plaisante et laisse la part belle au vrai talent.

Représentations du mardi au samedi à 20h, dimanche à 18h, relâche le lundi.
reservation@gruetli.ch – 022 888 44 88

***************************************************************************************

Production Compagnie Métamorphoses – Coproduction Théâtre du Grütli-Genève

Casting: Anthony Candellier, Marc Mayoraz, Pietro Musillo, Thierry Roland, Elidan Arzoni.

Avec le soutien de la Ville de Genève, Loterie Romande, Fondation Leenaards, Fondation Immobilière Patrimoine

Le spectacle a été répété à MottattoM

Cet article Un portrait clair-obscur du commerce est apparu en premier sur Signé Genève.